Retour sur le workshop de Mary Balsan à intuit.lab Mumbai


Partie animer un workshop sur notre campus de Mumbai, Mary Balsan, professeur de design graphique, a été émerveillée par la générosité, la curiosité et la soif d’apprentissage des étudiants indiens. Sous sa guidance, ils ont travaillé sur un concours international organisé par l’agence de publicité Saatchi & Saatchi et qui a pour thème « Les routes en Inde font plus de morts que le terrorisme » . Enthousiasmée par son aventure, Mary raconte comment elle les a accompagnés.

Les étudiants de Lab Pro, « un groupe très hétéroclite ayant déjà goûté à la vie professionnelle avant de reprendre leurs études pour s’orienter vers le design, » précise Mary Balsan, devaient plancher sur la sécurité routière. Un problème épineux dans un pays habitué à se heurter à une circulation très dense. La diversité des acteurs pouvant se rencontrer sur les routes, allant du tracteur aux vaches en passant les deux roues, rend souvent le trafic imprévisible. Sans compter sur des infrastructures demandant à être améliorées ou rénovées pour garantir la fluidité et une meilleure sécurité des piétons. Partant d’un constat alarmant : « les routes en Inde font plus de morts que le terrorisme », l’agence Saatchi & Saatchi Inde a lancé un concours et a invité les étudiants à proposer des réponses chocs.

Avec des codes propres à leur pays, les étudiants indiens ont pu compter sur l’expertise de la professeur d’Intuit.lab pour décliner un concept en usant de leur potentiel créatif.  « Je n’étais pas là pour apporter des idées, » précise Mary, « juste pour les aider à traduire graphiquement un processus créatif à travers des outils de typo, de forme et de la gamme des couleurs. Ce concours est une très bonne idée sur laquelle en France, nous n’aurions pas pu réfléchir car la prévention routière est un élément ancré dans notre culture. Là, à travers une grammaire graphique et une méthodologie, ils sont sortis de l’affichage et des supports traditionnels et ont proposé des solutions intéressantes. »

Traités en digital ou en print pour « prendre conscience que le conducteur actuel ne va pas modifier ses habitudes mais que c’est à travers l’éducation des enfants que la génération future pourra être influencée et faire bouger les choses, » les étudiants ont fait preuve d’originalité pour faire passer leurs idées. Ainsi, un groupe s’est attaché à sensibiliser les conducteurs de deux roues pilotés sans casque avec parfois cinq personnes sur un scooter. « Comme les indiens sont moins sollicités visuellement qu’en Europe, je les ai orientés vers des supports à coller sur les casques. » Autre initiative, la création d’une bande dessinée : « les étudiants voulaient éduquer la population par l’insertion de dessins d’humour noir dans un quotidien local et toucher ainsi la population d’une manière récurrente, drôle et piquante sur l’indifférence sur la route. »

Des projets dont les résultats devraient être connus dans le courant de l’année. Mary Balsan, elle se dit confiante et croise les doigts. « Les étudiants ont démontré une soif d’apprentissage et d’enrichissement incroyable. Ils avaient les yeux écarquillés, les oreilles grandes ouvertes et ils m’ont donné le sentiment de prendre tout ce que j’avais à leur donner. » Une expérience enrichissante dont nous ne manquerons pas de vous donner des nouvelles.