Interview : Pablo Iturralde



Interview Pablo Iturralde – « Ressentir l’abstrait, le combiner au concret pour en faire une belle image »

Renommé mondialement pour son travail sur les identités visuelles et la signalétique, le designer équatorien Pablo Iturralde s’est attaqué au message dans l’expression visuelle au cours de sa semaine de workshop à Paris. Il revient, pour nous, sur son expérience…

Pablo, pourriez-vous nous en dire plus sur vous ?

Designer graphique, je viens de Quito, la capitale de l’Equateur, où je dirige l’agence de communication visuelle « Studio Anima » depuis plus de vingt-ans. 


Sur quel thème avez-vous choisi d’axer votre workshop ?

J’ai décidé d’interpeler les étudiants sur la manière dont un designer va comprendre l’idée, l’essence, le concept de la communication. Comment à partir d’idées souvent abstraites, on peut les traduire en des graphiques très concrets. Même si les notions, les émotions ne sont pas tangibles, il faut pouvoir les exprimer et les transcrire de manière évidente dans un design.

Comment avez-vous procédé pour amener les étudiants à s’exprimer sur ce sujet ?

Dans cet atelier, j’ai essayé de leur enseigner de ne pas tenter d’exprimer immédiatement la solution, mais de comprendre d’abord comment le concept se développait en eux. Pour être plus clair, si je parle de pain, d’un chien ou d’une maison, tout le monde va pouvoir comprendre. Par contre, si je parle de bonheur, de fierté ou d’espoir, ce sont des concepts abstraits difficiles à dessiner. J’ai donc voulu que les étudiants ressentent l’abstrait et qu’ils le combinent ensuite au concret, afin de créer une nouvelle image. Belle ou non cela n’a pas d’importance, l’essentiel c’est de débuter une communication. Une fois ces éléments trouvés, nous avons travaillé sur le rythme, la simplicité et la symétrie. Une fois achevées, les images sont devenues créatives et magnifiques.

Travailler sur une identité visuelle n’est pas toujours aisé. Quelles ont été les principales difficultés rencontrées par les étudiants ?

Comprendre un processus parfois abstrait reste le plus complexe surtout avec le design français, souvent basé sur les émotions. Dans mon atelier, j’ai axé la réflexion sur la rationalisation, afin que les images puissent être interprétées à travers des émotions visuelles. Il a été important de faire comprendre aux étudiants que la culture française est orientée vers l’esthétisme, la sophistication et même une forme de romantisme. Ce goût du beau dans un produit ou une image est très ancré chez les étudiants, qui étaient un peu apeurés à l’idée de reléguer l’esthétisme à la fin du processus. Je leur ai appris la patience et à résoudre, en priorité, le problème de communication.   

Ce n’est pas votre premier workshop à l’école, que retenez-vous de cet atelier ?

Ce qui est important chez Intuit.lab, c’est que l’école laisse l’intervenant s’exprimer et être soi-même dans la manière dont il gère son atelier. Un vrai bonheur pour travailler et explorer la créativité des étudiants. Leurs travaux ont d’ailleurs été parfaitement réalisés et ils ont eu une attitude très ouverte par rapport à mon enseignement. J’ai passé un moment très agréable et vécu une très belle expérience.


Pablo Iturralde
Designer graphique